Mon observatoire

Fatigué de transporter mon télescope au fond du jardin, fatigué de faire la mise en station à chaque observation, j’ai décidé fin juillet 2008 de faire enfin mon « observatoire ».

Mon projet devait me permettre d’abriter mon télescope mais aussi d’avoir une partie abri de jardin. Mon terrain étant entouré d’arbres, je n’avais pas beaucoup de possibilité d’implantation. Heureusement, la partie la plus dégagé et la moins polluée par les lumières des petites villes aux alentours est le côté sud.

Après quelques temps de réflexion et de recherche d’infos (merci à Fred et Sylvain), j’ai dessiné les plans. J’ai utilisé un logiciel CAO mais Google Sketckup peut faire l’affaire.

Puis j’ai commandé le bois nécessaire à sa construction fin août. Comme tout bon artisan qui se respecte, j’ai eu le bois fin décembre… De plus, l’artisan avait changé les dimensions des différents poteaux et poutres que j’avais dessiné. Il avait sérieusement « gonflé » toutes les sections, ce qui changeait sérieusement mes plans.

En attendant la livraison des matériaux, j’ai d’abord commencé par couler ma colonne. A partir d’un tuyau PVC que j’ai enterré d’1m, je l’ai rempli de béton et de fils à béton. J’en aiprofité pour passer une gaine électrique au cas ou. J’ai ensuite positionné mes traverses de chemin de fer. Je ne voulais pas de béton (hormis ma colonne) car je ne suis pas très bien équipé pour cela.

Voilà quelques images des travaux : la 4ième photo montre la vue plein sud.

Fin décembre, je reçois donc mon bois pour la structure et je commence aussitôt les travaux :

On commence à deviner la partie abri de jardin (à gauche) et la partie observatoire (avec la colonne). On remarque aussi la structure du toit coulissant glissant sous le toit fixe de l’abri de jardin. En effet, pour une question d’esthétique, je ne voulais pas de rails visibles extérieurement. De plus, je pense motoriser ce toit plus tard donc il me sera plus facile de le faire par l’intérieur de l’abri de jardin.

Mi-janvier, j’ai posé mon bardage et mes tôles de toit. On voit sur cette dernière image, la porte de l’observatoire et la double porte de l’abri de jardin (au fond).J’ai opté pour des tôles pour le toit pour une question de légèreté. Le problème est qu’une simple tôle condense rapidement. J’ai donc rajouté, côté observatoire uniquement, un film plastique pour limiter ce phénomène.

Voilà ce que cela donne, une fois quasiment fini :

Conclusion : Que du bonheur !

Tout est en place, la mise en station de la monture effectuée. dès qu’une éclaircie se présente, on n’hésite plus à observer car tout est rangé rapidement au cas ou. Et quel plaisir d’avoir les pieds au sec et d’être coupé du vent en hiver…