On s’occupe les jours de pleine lune…

Pas question du ciel profond quand il y a la pleine lune… A moins d’être équipé d’un H-Alpha, ce qui n’est pas mon cas.
Et si le seeing n’est pas bon, pas moyen non plus de faire des images planétaires ou lunaires.
Alors pour s’occuper, on peut faire quelques filés d’étoiles et utiliser la lumière de la pleine lune pour éclairer un avant-plan sympathique (ou non…) .

Ici, un champs de colza :

Ou quelques éoliennes :

On peut aussi tenter quelques images de Flash Iridium (préalablement sélectionnés sur le site http://www.heavens-above.com/)

Bref, même un jour de pleine lune, on peut faire des images…

Quelques gros plans lunaires

Profitant toujours de la nuit du 9 avril et de son seeing correct, j’ai pointé le C9 vers la lune.
Finalement, le seeing n’était pas aussi bon que je le pensais mais le résultat est correct.
Sur la lune, la caméra DMK41 est un vrai plaisir avec son grand capteur. En contrepartie, la vitesse est limitée à 15 images/seconde, ce qui est un peu dommage.
Pour limiter les effets de la turbulence, je rajoute un filtre orange ou rouge.
Voilà les images :
Clavius :

Copernic

Vallée des Alpes

Que des classiques mais j’aime bien…

Jupiter par bon seeing

Enfin…
Enfin un ciel clair, calme et avec un bon seeing, c’est à dire sans trop de turbulence.
L’occasion parfaite de prendre quelques images de Jupiter.
Après quelques avis lunaires (articles à venir), le télescope s’est dirigé vers Jupiter. A l’œil, superbe spectacle.
Avec la DBK21, l’image brute semble très prometteuse.
Je n’ai pris le temps de tout traiter mais voici une première image :

Messier 3

Enfin un ciel dégagé… Mais avec une lune qui devient de plus en plus présente, dommage pour le ciel profond.
J’ai pris cette image du Messier 3, dans la constellation des Chiens de Chasse.
M3 est superbe au télescope, presque autant que M13. Il est par contre un peu plus dur à repérer que M13 mais on peut le deviner avec une simple paire de jumelles (10×50 par exemple).
Pour cette image, j’ai pris 25 images de 2 minutes à 800 iso Raw, 5 darks, 5 Plu et 5 offset. J’ai traité le tout sous Iris, fignolé sous Photoshop et fini sous Fistwork.
L’autoguidage à 2350mm de focale n’est pas aisé sur une simple EQ6. A voir plus tard comment améliorer tout ça…