Quelques conseils…

En vrac, quelques conseils pour prendre des images de la voûte céleste…

Bonjour,J’ai reçu un message de Guy-André Pierre-Nicolas du magasin Astroshop.eu me demandant d’écrire quelques conseils aux débutants. Cette demande a été faite à plusieurs astronomes amateurs et tout est regroupé ici :

http://www.astroshop.de/fr/astro-blog/conseils-pour-astronomes-debutants/c,9149

Prenez le temps de lire ces différents articles, c’est vraiment instructif.

Je vous mets ci-dessous ce que j’ai envoyé…

——————————————————————————————————————-

L’avantage de photographier le ciel en grand champs est que cela ne nécessite pas beaucoup d’accessoires et que les traitements restent abordables pour le commun des mortels.
Quelques conseils pour photographier la voute céleste…
1. Il faut un appareil photo reflex afin de pouvoir shooter en haute sensibilité (800 iso, voir plus suivant la modernité de votre appareil) et adapter votre objectif au cadrage de la photo. Attention, plus vous montez en ISO, plus le bruit apparait. Faites des essais pour trouver le bon rapport temps de pose – ISO.
2. Un objectif grand angle (si possible avec un bon piqué !). La focale de cet objectif déterminera le temps de pose maxi que vous pourrez faire sans monture motorisée, si vous voulez conserver des étoiles ponctuelles. Il existe une formule (très) simplifiée pour estimer le temps de pose limite en fonction de la focale de votre objectif :
Temps de pose max environ = 500 / (focale objectif x 1.6).
1,6 est valable pour un Canon, utilisez 1.5 pour un Nikon ou Sony.
Par exemple, pour un objectif de 18mm, vous pourrez poser 500/(18×1.6) = 17 secondes.
Pour accéder à des temps de poses plus longs, il existe des montures légères, dite de voyage. Facile à utiliser et à mettre en station, elles sont en plus pratique à emmener un peu partout.
Il faut aussi, dans l’idéal, choisir un objectif permettant d’avoir une ouverture la plus grande possible (f1.4, f2.8…). Ensuite, fermer d’un cran le diaphragme de votre objectif, vous gagnerez en piqué sur votre image.
3. Un trépied stable, indispensable pour s’assurer que l’appareil ne tremble pas au moindre coup de vent… Certains trépieds sont équipés d’un crochet au centre, ce qui permet d’y accrocher un sac rempli de sable ou autres éléments trouvés sur place afin de le lester.
4. Utiliser une télécommande pour déclencher vos poses. C’est pratique, confortable et peu onéreux. Bien entendu, vous aurez un jeu de piles d’avance…
5. N’oubliez pas de charger les batteries de l’appareil photo…
6. Préparez votre soirée. Sachez ce que vous allez prendre en photo, choisir le lieu adéquate sans trop de pollution lumineuse, choisir la bonne date en fonction de la lune (un peu de lune éclaire le paysage mais diminue la visibilité de la Voie Lactée) , vérifiez la météo, renseignez-vous sur un passage d’Iridium ou de la station ISS ( sur le site http://www.heavens-above.com/ par exemple), surveillez les essaims météoritiques, etc.
7. Préparez-vous… Pensez aux vêtements chauds, à la petite collation, à la lampe frontale (avec des piles). C’est extrêmement pénible d’attendre 1 h pose avec les pieds gelés.
8. Choisissez avec soin votre cadrage photo (attention aux fils électriques par exemple).
9. Prenez une grande quantité de poses afin d’avoir un maximum de signal. N’oubliez pas de surveiller régulièrement votre objectif afin de s’assurer que la rosée ne s’y est pas déposée.
Une circumpolaire peut être prise avec un format jpg mais pour le reste, en général, shootez en raw. Cela vous donnera plus de souplesse lors du traitement de vos images.
10. Soigner la mise au point. Pas facile la nuit sauf si vous avez un quartier de lune, une étoile assez brillante. Je vous conseille donc de faire des repères, de jour, sur votre objectif afin de gagner du temps le soir. Mais toujours vérifier avant de lancer une série de pose !
11. Pensez au darks. Vous mettez le bouchon sur l’objectif et relancez une bonne dizaine de poses (même temps de pose). Il vous sera ensuite facile d’enlever les pixels chauds de vos images.
12. Profitez d’une belle nuit pour shooter un maximum. Vous aurez tout le temps ensuite pour traiter vos images.
Le traitement est ensuite assez basique et dépend de ce que vous avez photographié.
Une circumpolaire sera facile à compositer avec Startrails.
Un passage par Iris ou Deepskystacker sera peut-être nécessaire pour d’autres sujets.
Enfin, un passage par un logiciel de retouche d’image tels que Photoshop est souvent indispensable pour fignoler vos images.
Pour en savoir plus : http://starcircleacademy.com/startrails/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>